Home / Actualités / Les Ebooks rapportent-ils enfin à leurs auteurs ?

Les Ebooks rapportent-ils enfin à leurs auteurs ?

e-bookSi tout comme les anglais vous avez eu la chance de lire cet article dans le Gardian aujourd’hui même, vous saurez que le journal a décidé de se concentrer sur certaines des conflits qui ont lieu au sein de la publication numérique.
La célèbre Société des Auteurs a un nouveau président,  et celui-ci a condamné des pratiques déloyales qui pourtant sont conformes à la loi britannique lorsqu’il s’agit du prêt numérique des œuvres d’auteurs !

Le président de la Société des Auteurs a été rejoint dans son combat par de nombreux écrivains, et tous informent les auteurs que leurs livres ne sont pas protégés par la loi en matière de droits d’auteur (les royalties) une fois numérisés. La plupart de ces artistes britanniques gagnent seulement 8 cents par prêt de leurs éditions imprimées, mais c’est encore pire quand il s’agit des ebooks : ils ne touchent rien.

Le Guardian parle à Phillip Pullman, auteur, qui commente : « Les nouveaux médias ainsi que les nouvelles formes d’acquisition et de prêt sont très intéressants, et ce pour toutes sortes de raisons, mais un principe reste inchangé : les auteurs doivent être payés de manière appropriée pour leur travail [qu’il soit sous forme papier ou numérique].
C’est notre argument aujourd’hui. »

Selon la Société des Auteurs, « la société est aujourd’hui plus préoccupée que les éditeurs, voire même le gouvernement sur le dilemme de la rémunération des auteurs quand leurs œuvres sont numérisées ! […] Les gens se sentent concernés par le manque à gagner vécu par leurs artistes favoris. »

Le prêt d’ebooks fait partie intégrante de la vie des bibliothèques d’aujourd’hui.
Beaucoup d’éditeurs comme OverDrive par exemple mettent leurs livres numériques à disposition du public.
Quand on sait que plus d’un demi million de livres numériques sont empruntés dans les bibliothèques britanniques via OverDrive en moins d’un an, on peut voir que les auteurs sot totalement exploités par les groupes d’Internet.

Le gouvernement britannique de Monsieur Cameron, déjà en déclin depuis ses multiples privatisations et autres couacs, rencontre une difficulté de plus aujourd’hui

Vérifiez Egalement

Fournisseurs

Vous fournisseurs d’accès à Internet, les nouveaux maîtres de la censure en ligne !

Le fait qu’il y ait beaucoup de matériaux érotiques sur Internet reste incontestable, quoique la …